Le DOJ américain saisit plus de 300 comptes de crypto-monnaie prétendument exploités par Al-Qaïda et Daech

admin 14. August 2020 0 Comments

Le ministère américain de la Justice a annoncé la saisie de plus de 300 comptes de crypto-monnaie gérés par al-Qaïda, le Hamas et l’Etat islamique.

Le ministère américain de la Justice (DOJ) a procédé à sa plus grande saisie de comptes de Bitcoin Era qui appartiendraient et seraient exploités par certaines des organisations terroristes les plus redoutées, à savoir al-Qaïda, l’Etat islamique et le Hamas.

Le DOJ saisit des comptes de crypto-monnaie exploités par des terroristes

Selon le communiqué de presse partagé par le ministère de la Justice plus tôt dans la journée, les autorités américaines ont saisi plus de 300 comptes contenant des millions de dollars de diverses crypto-monnaies appartenant prétendument à des groupes terroristes.

L’annonce précisait que les brigades al-Qassam, la branche militaire du Hamas, al-Qaïda et l’État islamique d’Iran et du Levant (ISIS) utilisaient «des cyber-outils sophistiqués, y compris la sollicitation de dons de crypto-monnaie du monde entier» pour acquérir le montant substantiel.

Le procureur général William Barr a déclaré que les États-Unis en sont venus à s’attendre à ce que leurs ennemis utilisent la technologie moderne, les plates-formes de médias sociaux et les crypto-monnaies pour «faciliter leurs programmes pervers et violents».

Cependant, il a assuré que le DOJ «emploiera toutes les ressources disponibles pour protéger la vie et la sécurité du public américain contre les groupes terroristes. Nous allons poursuivre leur blanchiment d’argent, leur financement du terrorisme et leurs activités violentes et illégales partout où nous les trouvons.

«Les réseaux terroristes se sont adaptés à la technologie, effectuant des transactions financières complexes dans le monde numérique, y compris via les crypto-monnaies. Les agents spéciaux de l’IRS-CI de l’unité cybercriminelle de DC travaillent avec diligence pour démêler ces réseaux financiers. Les actions d’aujourd’hui démontrent notre engagement permanent à tenir les acteurs malveillants responsables de leurs crimes. » – a commenté le secrétaire au Trésor Steven T. Mnuchin.

Outre les comptes de crypto-monnaie, les autorités américaines ont saisi des espèces, quatre sites Web et quatre pages Facebook liées aux organisations criminelles après avoir reçu des mandats autorisés par la justice.

La transparence de Bitcoin était la clé

Bien que beaucoup pensent que les transactions Bitcoin sont entièrement anonymes, ce n’est pas toujours le cas comme les trois organisations terroristes l’ont compris.

Les Brigades al-Qassam ont lancé plusieurs campagnes de collecte de fonds Bitcoin sur des plateformes de réseaux sociaux distinctes et ont rassuré leurs abonnés que chaque don serait anonyme.

Cependant, comme chaque transaction Bitcoin apparaît sur sa blockchain, l’IRS, le HSI et le FBI ont pu les localiser. Finalement, les trois agences gouvernementales ont pris le contrôle de l’un des sites Web appartenant aux Brigades al-Qassam. Ainsi, tous les fonds envoyés par des personnes cherchant à fournir un soutien matériel à l’organisation terroriste sont allés aux portefeuilles Bitcoin contrôlés par les États-Unis.

Des agents d’Al-Qaïda ont géré un réseau sophistiqué de blanchiment d’argent Bitcoin en utilisant plusieurs canaux Telegram et d’autres plateformes de médias sociaux pour solliciter également des dons d’actifs numériques. Dans certains cas, ils ont dupé les victimes en se faisant passer pour des organisations caritatives. Dans un de ces exemples, ils ont proposé d’équiper des terroristes en Syrie avec des armes.

Le procureur américain par intérim Michael Sherwin a déclaré que «bien que ces personnes croient opérer de manière anonyme dans l’espace numérique, nous avons la compétence et la détermination de trouver, réparer et poursuivre ces acteurs dans toute l’étendue de la loi.